Clem’ : 1ère PME du secteur de l’autopartage à devenir une entreprise à mission

2

Engagée depuis près de 10 ans dans le développement de mobilités partagées, propres et inclusives, aussi bien pour les aires métropolitaines que pour les territoires ruraux et périurbains, la PME française Clem’ annonce une évolution de ses statuts en 2019 afin de devenir une entreprise à mission telle que défini par la loi PACTE adoptée le 23 mai dernier.

Ainsi inscrira-t-elle dans ses statuts sa « raison d’être » – imaginer des mobilités qui relèvent les défis du changement climatique, de la transition énergétique et de l’inclusion sociale – et ses objectifs d’ordre social et environnemental – proposer des services d’électromobilité partagée innovants, écoresponsables et inclusifs attestés par le suivi d’indicateurs sur les usages et sur le gaz carbone.

« Depuis la création de Clem’ en 2010, nous avons toujours affirmé notre volonté de concevoir et de développer des solutions innovantes qui anticipent les mobilités décarbonnées du futur. Notre vocation est de répondre aux défis du changement climatique et de la transition énergétique en rendant possible des mobilités qui sont à la fois écologiques, économiques, complémentaires des transports en commun et accessibles à tous, sur tous les types de territoires, partout dans le monde. C’est à cette fin unique que nous avons toujours destiné nos efforts de R&D. C’est ce qui anime notre travail au quotidien avec nos clients et partenaires. Et c’est ce qui nous distingue aujourd’hui sur le marché des services d’autopartage et de recharge intelligente de véhicules électriques », explique Bruno Flinois, fondateur de Clem’, récemment distingué en tant que chevalier du mérite à la demande du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire (promotion publiée au BQ le 4/06/19).

Résultats de cet engagement : mi 2019, Clem’ gère plus de 300 véhicules électriques et 600 points de charge et accompagne en France une centaine de collectivités et acteurs de l’aménagement des territoires, avec autant de modèles de services que de besoins différents de mobilité.

  • Sur les territoires périrubains et ruraux, Clem’ a par exemple déployé des services à Condé-en-Normandie (14), Tinchebray (14), Trévières (14), Vire (14), Alençon (Conseil Départemental de l’Orne – 61), Nexon (87), Pays de Lumbres (62), Pays du Mans (72), Terre de Saône (38), Villerouge-Termenès (11), dans la Vallée de Chevreuse (78) ou encore à Tarare à l’initiative de la Communauté de communes de l’Ouest Rhodanien (69).

Certaines collectivités ont imaginé en sus des offres dédiées telles que Soli-Drive pour les personnes à faibles revenus ou exclues de la mobilité (sans permis de conduire, personne à mobilité réduite, etc.).

  • Dans le logement social, Clem’ accompagne plus d’une dizaine de bailleurs sociaux dans leurs projets d’électromobilité, avec des services qui donnent accès à la voiture aux primo-accédants et aux personnes à revenus modestes. La PME équipe de nombreuses résidences en région parisienne (Paris, Choisy-le-Roi, Bry-sur-Marne, Montigny-le-Bretonneux, Cormeille…), mais aussi sur les autres régions (Colombelle, Trélazé …). Clem’ propose également aux bailleurs d’offrir un service de mobilité partagée à leurs résidents, en imaginant des business models où le parking est optimisé et profite à tous.

  • Enfin à l’échelle des aires métropolitaines, Clem’ opère 150 stations pour Ardenne Métropole (08) et 72 stations sur le territoire de Marne-la-Vallée (78). La réussite chiffrée de ces projets démontre la viabilité du modèle et le gain pour la collectivité. Clem’ est également impliqué sur des projet de mobilité électrique sur Paris et en région Île-de-France (VULe, BienVEnu…).