Webinar – Comment les traitements de surface se sont adaptés à l’évolution de la mobilité et de l’industrie 4.0 ?

7
Webinar proposé par le CETIM en partenariat avec Techniques de l’Ingénieur

Comment les traitements de surface se sont adaptés à l’évolution de la mobilité et de l’industrie 4.0 ?

Jeudi 12 Septembre 2019 De 15h00 à 16h00

En partenariat avec Techniques de l’Ingénieur, le Cetim présente : Comment les traitements de surface se sont adaptés à l’évolution de la mobilité et de l’industrie 4.0 ? L’industrie 4.0 (numérisation, communication de machine à machine) et l’évolution de la mobilité (électrification, nouvelles énergies, véhicules autonomes) sont les deux principales tendances de l’industrie. Et les entreprises y sont confrontées tout de suite. A cette occasion, cette conférence en ligne vous présente spécifiquement leurs implications pour les traitements de surface. Elle est assurée par Jean-Marc Bélot, ingénieur au Cetim, département VTS Veille Technologique et Stratégique.

Objectifs :

La numérisation n’est pas une tendance qui va passer. Les machines en réseaux accroissent spectaculairement la valeur marchande de l’entreprise. La jeune génération et la concurrence mondiale exercent une pression sur la personnalisation des produits et les formes d’interactions: transparence des processus, postes interconnectés, aussi faciles à utiliser qu’un smartphone grâce à une interface intuitive. Des tablettes, montres intelligentes, lunettes de données permettent de réagir aux dysfonctionnements. Cela demande d’analyser les méthodes de travail pour adapter les devices, les systèmes d’assistance, les informations sur le produit, les machines, le circuit. De nombreux exemples ont été relevés dans des entreprises de traitements de surface. En sens inverse, les propriétés des produits sont largement déterminées par la technologie des surfaces. Les revêtements sont au carrefour des ruptures: Industrie 4.0, évolution de la mobilité, changement énergétique. Ils sont à la base de nombreux développements. On attend d’eux de nombreux challenges de propriétés, de procédés, un fonctionnement 4.0 et IoT. Ils fourmillent aussi de développements internes du métier comme les courants pulsés et les dépôts sélectifs, qui font l’objet d’un zoom particulier. Concernant la mobilité, l’utilisation reste prédominante d’énergie fossile. Mais, face aux nécessités de réduire les émissions de CO2, un changement technologique perturbateur ne peut être évité. L’E-mobilité provoque une grande incertitude des PME/ETI de traitements de surface sur le bouleversement qui se produit.

Programme :

En 2030, il y aura déjà 22% de véhicules purement électriques selon le VDMA. Ils comportent nettement moins de composants cinématiques et demandent de concentrer sa stratégie sur les composants électrotechniques, les systèmes de batteries, le revêtement de composites, de métaux légers, de nouveaux matériaux. Les dispositifs de recharge et les piles à combustibles présentent des opportunités. Il s’agit d’aller vers des compétences plus élevées et plus spécialisées par la formation continue, dans un processus participatif avec les employés.

  • Les impacts sur les revêtements et traitements de surface dans l’automobile sont explicités : Electromobilité (abandon de la chaîne cinématique, diversification du marché, petites séries qui requièrent de la flexibilité) ;
  • Des aides jusqu’à la conduite autonome (régulateur, frein, changement de voie, stationnement, autonomie sur autoroute, réseau d‘émetteurs, antennes, systèmes de capteurs dans chaque véhicule) ;
  • Mobilité en réseau (signaux haute fréquence. La surface de l’émetteur et du récepteur est un paramètre très important) ;
  • Processus de production et technologies du futur (Industrie 4.0, nouveaux matériaux légers ou composites, fabrication additive) ;
  • Protection environnement/climat (REACh, biocarburants) ;
  • Evolution des marchés (sites de production transférés vers l’Asie, covoiturage, parcs de voitures disponibles).

Intervenant : Jean-Marc Bélot

Ingénieur au Cetim, département VTS Veille Technologique et Stratégique. Jean-Marc Bélot est un ingénieur mécanicien de l’Université de Technologie de Compiègne et 3ème cycle de prospective du CNAM. Au Centre Technique des Industries Mécaniques (Cetim), il réalise des veilles technologiques pour des professions (traitements de surface, dispositifs médicaux) ou sur des tendances stratégiques (véhicules électriques, personnalisation, numérisation) et des analyses prospectives (technologies émergentes, courbes de hype, feuilles de route prospectives du futur).